mardi 11 octobre 2016

Dirty Papy



Cette critique est pour moi la plus compliquée à écrire. On dit souvent qu'il en faut pour tous les goûts mais celui-ci était bien loin des moins. Il regorge d'un humour lourd qui est à des années lumières d'avoir mes faveurs!

Mais commençons par les présentations. Dirty Papy est sorti le 3 Juin 2016 et est édité par Metropolitan Filmexport . En gros De Niro joue les papys délurés d'un Zack Efron complètement coincé. Il décide contre son gré de l'embarquer dans un road trip hallucinant et résolument déjanté. Bimbos, alcool et débauche à gogo! 

Pour être honnête, je n'ai ri ni même souri à aucun moment... J'aurai dû m'attendre à ce genre de long métrage plein des clichés que j'abhorre... C'est grossier, on se demande ce que De Niro vient faire dans ce naufrage, bref vous l'aurez compris, j'ai tenu jusqu'au bout pour pouvoir chroniquer mais çà a été une véritable torture!



Pour rire un bon coup vous pouvez vous référer à ces 2 liens: 

En Cavale



Cà faisait longtemps que je n'avais pas vu Vince Vaughn sur mon écran de télévision. C'était donc l'occasion de voir ce qu'il devenait.

En Cavale est sorti en DVD le 20 Juillet 2016 et est distribué par 

Le pitch laissait pressentir un scénario assez banal, le père absent qui veut sauver la prunelle de ses yeux coûte que coûte, les liens qui se tissent au fur et à mesure que défilent les rebondissements... Malgré cet à priori, je me suis prise de sympathie pour cet homme, gangster à ces heures perdues, qui gagne la confiance et l'amour de son enfant et pour cette jeune fille qui s'est construite sans figure paternelle et qui se voit contrainte de laisser percer sa carapace.

Sans apporter rien de vraiment original, ce film m'a néanmoins fait passer un chouette moment. L'ensemble est bien ficelé, crédible et parfaitement rythmé. C'est donc une bonne surprise que ce En Cavale que je ne m'attendais pas spécialement à apprécier.

1h40 qui passent vite et qui signent un film plutôt efficace!


Vous trouverez sur Cinétrafic également une liste de films qui donnent également dans le registre de la comédie ainsi que celle des meilleurs films de tous les temps !

lundi 10 octobre 2016

La Peur



J'ai vu beaucoup de films sur les 2 grandes guerres mondiales du 20ème siècle. La Peur n'est pas celui que je retiendrai le plus...

Ce film , sorti en DVD le 26 Avril 2016 par Blaquout ( leur Facebook) avait tous les ingrédients pour me captiver mais je pense que la voix off assez monocorde m'a empêché de me glisser dans les tranchées auprès de Gabriel, de sentir sa terreur, ses espoirs ou tout autre sentiments qu'il pourrait éprouver.

En tout cas, je ne me suis que difficilement laisser oppresser par les mots du jeune soldat et par tout ce qui se joue autour de lui. Néanmoins, j'aimerai beaucoup lire le roman dont est issu cette réalisation pour ressentir cette peur qui m'a manqué pour réellement être touchée par ce film.

Les 2 courts métrages et les 2 documentaires inclus dans les bonus m'ont malheureusement pas non plus retenu mon attention.




La Volante



La Volante, sorti en DVD le 5 Janvier dernier par Bac Films ( BacBoutique ), annonce une Nathalie Baye à contre emploi des rôles dans lesquels je la connaissais jusque là. Sa douceur sert ici un personnage manipulateur et machiavélique. Il montre jusqu'où une mère à qui on enlève (et dans ce cas on tue) son enfant est capable d'aller. Franchira-t-elle l'infranchissable? Je n'en dirai pas plus pour ne rien enlever au suspens qui étreint lors du visionnage du film mais il est certain qu'il glace le sang sans jamais nous ôter l'envie d'en connaître l'issue. 

J'ai trouvé Nathalie Baye absolument brillante, toutefois elle fait de l'ombre aux acteurs qui l'entourent. L'ambiance qui se dégage grâce à leur jeu et de la musique qui nous prend à la gorge, est tout autant envoûtante que terrifiante. Bref le spectateur est sous tension jusqu'à la dernière minute...

En bonus sur le DVD quelques scènes coupées qui n'apportent rien de plus à  une intrigue ficelée à la manière des meilleures séries . 



Vous trouverez également d'autres films recommandés par Cinetrafic !


Tout en haut du monde




Ce film d'animation sorti en DVD le 7 Juin 2016 , chez Diaphana et récompensé au festival d'Annecy, l'intriguait beaucoup. Rares sont les longs métrages français qui nous plongent jusqu'en Russie. L'aventure que va vivre Sasha est autant trépidante que bouleversante ce qui est encore plus accentué par le choix du réalisateur Rémi Chayé (qui l'explique très bien dans les bonus du DVD) d'éviter de s'encombrer de détails graphiques parasites et de simplifier au maximum les dessins. Le visuel reste très agréable et cette idée sert véritablement l'intrigue.

Le film est divisé en 2 parties, la première qui pose les jalons de l'histoire et l'autre qui s'oriente vers le palpitant du voyage dans lequel se lance cette jeune fille qui espère enfin des réponses à ses questions. J'ai beaucoup aimé cette fable d'un autre temps et cette traversée exaltante. J'ai aimé la détermination de cette jeune fille débordante de vie, son courage et surtout le sens profond de sa quête. Voici un joli conte qui devrait inspirer des enfants un peu plus grands que ceux qui partagent mon quotidien :)

Rémi Chayé signe un très beau film que je reverrai avec plaisir!

Vous pourrez également trouver tous les films d'animation de 2016 par ici ainsi que tous les dessins animés qui enchanteront petits et grands!



lundi 23 mai 2016

Effractions

J'ai pu reprendre depuis quelques temps mon atelier d'écriture que j'avais abandonné pour cause de déménagement. Et franchement çà fait vraiment du bien de reprendre ce temps vraiment pour moi :)

"Portes, volets, murs, broussailles et aussi paupières, peau ou boîte crânienne... autant de barrières protectrices, de remparts qui séparent le dedans du dehors.
Derrière, il y a toujours de l'inconnu - et souvent on a bien envie de savoir de quoi est fait cet inconnu, cette intimité, cet "autre monde" si bien protégé.
Mais pour çà, il faut franchir la barrière, quelle qu'elle soit.
Parfois même, on est obligé de la "fracturer" pour pénétrer dans la matière qu'elle protège: entrer dans un lieu, une maison, un matériau, un corps, une pensée que l'on ne connait pas et où l'on n'est pas invité - entrer par effraction.

Ce soir, vos personnages vont vivre une effraction.
Vont-ils entrer en secret? par force? par hasard?
Est-ce une effraction solitaire? ou à plusieurs?
Est-elle volontaire? Préparée, préméditée? Soudaine, comme répondant à un désir subit ou à une nécessité?

Et qui sont vos personnages? 
Des bandits, des chiens errants, des voleurs de poules, des enfants? Des manipulateurs? Des perceuses électriques...?

(Mais on peut aussi vivre l'effraction de l'intérieur: avoir la sensation qu'une image, que des mots font irruption en soi de manière intempestive, comme par effraction; ou avoir conscience qu'on pénètre chez soi... Et que pensent le mur ou la montagne qu'on perce, l atome qu'on fissure, la terre qu'on creuse, le bois qu'on vrille?)

Contraintes:
- utiliser les mots que nous venons de tirer au sort, dans l'ordre P-A-R-E-F-F-R-A-C-T-I-O-N
- acrostiche: chaque paragraphe ou chaque phrase commencera par les lettres, dans l'ordre, de E-F-F-R-A-C-T-I-O-N-S "



En cet été caniculaire, j'ai envie d'autre, de différent. De moments de partage pour sortir d'un quotidien étouffant. Et surtout d'aborder ma vie routinière d'un oeil neuf et d'un pas sautillant!

Furtivement, j'arrive sur les lieux du crime! Autant vous dire que je rumine déjà et que je doute de mes capacités à faire ce bond en avant! Mon euphorie d'il y a quelques instants est maintenant retombée aussi mollement qu'un soufflé!

Formidable était l'idée pourtant! Un feu de camps en cette belle journée estivale, un petit bois feuillu pour protéger d'un soleil vaillant, quelques rhododendrons d'un rose éclatant, signe du passage de la main de l'Homme, des anémones offrant un parterre accueillant aux retardataires comme moi. J'appréhende pourtant cette entrée en matière et tous ces inconnus qui vaquent à des occupations plus ou moins attrayantes!

Ridicule comme à mon habitude! Je m'imagine des scénarios tous plus catastrophiques les uns que les autres. Je recule d'un pas, puis de 2 prête à renoncer quand soudain une délicate petite coccinelle se pose sur mon épaule. Je l'entends presque murmurer: "Courage, tu vas y arriver!" Ce signe bienveillant d'un destin supposé me revigore!

Allons-y! De grandes tables sont disposées en quinconce ce qui accroît inopinément mon angoisse. Quelle excuse puis-je inventer pour m'éclipser subrepticement? Quel prétexte falacieux puis-je donner à l'organisation de ce moment de convivialité?

C'est alors que d'un groupe un peu trop proche, émerge un jeune homme au tee-shirt vert olive. Alerte maximale, barrières solidement érigées et sécurisation du périmètre optimale, je suis prête! Visage fermé contre sourire désarmant... Ne pas flancher... Mes mécanismes de défense pourtant bien rodés ne semblent pas l'arrêter. Il me propose de rejoindre le petit groupe dont il s'est détaché et de me lancer dans une partie de quilles endiablée! Le prétexte valable que je trouve systématiquement se laisse désirer. Je n'ai d'autre alternative que d'accepter. Me voilà intégrée plus rapidement qu'espéré. La pression ne retombe pas pour autant. Mille et unes idées sombres fourmillent dans mon esprit dérangé. Ma maladresse, ma dramatique absence de conversation ou le stress qui transpire de chacun de mes pores vont inévitablement avoir raison de la sympathie ambiante. Et de l'oeil pétillant du jeune homme en question.

Toutefois, autour de la table s'écroulant sous le poids de victuailles qui pourrait nourrir un régiment, installée auprès de lui, partageant quelques bribes d'une conversation déliée et fluide, je m'avoue surprise. Et évidemment inquiète. Quel que soit le membre de la gente masculine, il a ordre de garder ses distances. C'est une règle qui ne souffre d'aucune dérogation possible. C'est une ligne de conduite que je m'impose et qui me protège de toute désillusion.

Il faut tout de même avouer que mes protections ancestrales ne semblent pas refroidir l'éclat lumineux de son regard... La soirée file à une allure folle entre jeux, chamallows grillés et fous rires incontrôlés. Une sensation inhabituelle monte au creux de mon ventre et une sérénité naissante m'impose un sourire d'une sincérité désarmante.

Oui, cet homme a réussi un tour de passe-passe auquel je ne m'attendais pas. Oui il est entré par effraction dans mon coeur et dans ma vie. Oui, il s'est emparé d'une clé que je pensais à jamais enfouie. Et oui cette irruption intempestive a provoqué par la suite une succession de sueurs froides.

Néanmoins, chaque jour, je remercie cette coccinelle d'avoir forcé ma destinée, je remercie mon coeur grillagé de s'être laissé transpercer et je remercie cet homme pour le soleil qu'il distille dans mon quotidien.

Souvenirs d'un imprévisible assaut par Violette Calamité

vendredi 20 mai 2016

Café Society ou le charme Allenien



Qui dit Woody Allen, dit Céline dans les salles obscures... Et pourtant je n'adhère pas à la majorité de ses films mais les quelques uns qui m'ont emporté l'ont fait de manière exceptionnelle. Ne pouvant passé à côté d'un éventuel coup de coeur mais également assez étonnée par le choix du casting, j'ai découvert un Café Society assez fidèle à l'univers Allenien. Il est particulièrement doué pour nous plonger dans des ambiances bien spécifiques grâce à une réalisation brillante. Ce film est une plongée magistrale dans l'Hollywood ainsi que le New York des années 30. Le choix des décors, des costumes, des musiques, on devine que rien n'est laissé au hasard. 

Pour commencer j'ai eu du mal à m'habituer à Kristen Stewart dans un rôle à contre emploi total de ce qu'elle joue et de ce qu'elle dégage habituellement. Mais au bout d'un moment, elle devient véritablement Vonnie. Je pense que Woody Allen a un talent inné pour sublimer ses héroïnes.

J'ai lu que le rôle de l'oncle était initialement joué par Bruce Willis. Pour le coup, on ne perd pas au change, Steve Carell donnant une aura différente au personnage.

Que dire de plus? Que l'idylle est banale mais que l'autour lui donne un charme fou. L'ensemble de ces petits "plus" propres à Woody Allen font de ce film un très beau moment de cinéma. Seul bémol: cette chute un peu brutale qui clôt l'intrigue... Je ne suis définitivement pas fan de ce procédé très en vogue ces derniers temps!



Ruth et Alex



Ce film, édité par Factoris Films, est sorti en DVD le 14 Octobre 2015. Entre Morgan Freeman et Diane Keaton au casting, on pouvait espérer passer un bon moment...

Et bien pour ma part, j'ai eu peine à aller jusqu'au bout. Le manque de rythme certain m'a perdu en cours de route. Dommage parce que cette histoire d'amour et cette plongée dans le passé d'un couple qui s'apprêtent à vendre l'appartement de toute une vie auraient pu offrir de nombreuses promesses finalement non tenues.

J'ai la sensation que le réalisateur s'est reposé sur le casting prestigieux et s'est contenté de profiter du talent des acteurs. Le scénario est assez fade et au final j'ai eu du mal à comprendre le but et le message qu'il a voulu faire passer.

Vous l'aurez compris, je n'ai pas été emballée par ce film. Le seul mérite revient au duo de charme que forment Freeman et Keaton!

Si vous le souhaitez, vous trouverez sur CinéTrafic d'autres histoires romantiques par ici et même un top des plus beaux films romantiques...


Le cheval de Saint Nicolas




Quand j'ai vu ce titre dans la liste des DVD proposés par CinéTrafic, j avoue qu'il m a immédiatement parlé, la Saint Nicolas faisant partie des traditions que ma région natale m'a transmise et qui me tiennent vraiment à coeur.

Ce film, réalisé par Mischa Kamp, raconte l histoire d'une petite fille chinoise qui rejoint son père aux Pays Bas et qui doit apprendre langue et culture de son nouveau pays d'adoption. Au quotidien, les choses ne sont pas toujours simples jusqu'au jour où elle découvre la légende du Saint Nicolas et où elle lui demande de réaliser son plus grand rêve: avoir un cheval...

Le film peut sembler un peu simplet et probablement pas conçu pour un public adulte mais personnellement j'ai adoré l espoir et la magie véhiculés par cette histoire. Cette même magie et ces étoiles dans les yeux qui disparaissent souvent quand on grandit. Ici, on s'attache à la petite Winky qui veut croire coûte que coûte à cette espèce de figure emblématique à laquelle tous ces petits camarades demandent des brassées de cadeaux chaque année.

La réalisation n'est pas extraordinaire, toutefois il se dégage un charme émouvant de cette fable contemporaine. J'ai passé un très joli moment et je pense que je regarderai à nouveau ce film en Décembre prochain en compagnie de Maël, Eri et Ulric pour nous mettre dans l'ambiance des fêtes de la Saint Nicolas :)

Le DVD est sorti le 10 Novembre 2015 et est édité par Les films du paradoxe .

Vous pourrez retrouver sur CinéTrafic tous les films qui nous viennent de Belgique ainsi que ceux mettant en scène une enfant .